Aidez maintenant

CBM Mission chrétienne pour les aveugles fait usage de cookies sur son site web. En continuant à naviguer sur ce site web, vous acceptez cette utilisation. Apprenez-en davantage en lisant nos précisions quant à la protection des données.

Accepter

Voir le visage de ma petite-fille pour la première fois

Arudra Konabala était très inquiète. Bientôt elle ne pourrait plus ni soigner son mari âgé, ni garder ses petits-enfants et encore moins travailler. Et c’est alors qu’arrive une aide inattendue, celle de la clinique ophtalmologique Sankar soutenue par CBM!

Constellés de trous, accidentés, glissants et traversés de rigoles d’eau, tel est l’état des chemins dans les villages reculés de la région du centre de l’Inde, autour de Visakhapatnam. Arudra Konabala évite de sortir de sa petite maison. Depuis plusieurs mois, cette femme de 50 ans ne voit plus guère où elle met les pieds. Elle a peur de tomber et de se casser quelque chose. N’ayant pas les moyens de payer le traitement qu’il lui faudrait, elle ne pourrait alors plus s’occuper de son mari malade.

Arudra Konabala a dû fermer son petit débit de thé au village, sa seule source de revenus : «Je me brûlais constamment les doigts», dit-elle en soupirant. Tous les matins, sa fille lui confie sa petite-fille de sept mois pour la garde. Pensive, elle berce Manisha dans ses bras et lui caresse les cheveux. «Je n’ai encore pas pu voir son visage, je ne vois qu’une forme floue», explique-telle, avant d’ajouter «quel bonheur, je reçois enfin de l’aide et elle est même gratuite!». Un voisin lui a en effet appris qu’une voiture avec un mégaphone venait d’annoncer qu’il y aurait une consultation ophtalmologique à Sarubujili, un village situé à une heure de bus.

Comment apporter votre aide

Avec 50 francs, une personne adulte peut être opérée de la cataracte. Avec 180 francs, vous permettez qu’un enfant soit opéré de la cataracte sous anesthésie générale et qu’il bénéficie d’un suivi médical.


De bonnes perspectives

C’est là que le lendemain on lui diagnostique une cataracte bilatérale. L’oeil gauche d‘Arudra Konabala est déjà quasiment aveugle. En compagnie d’autres malades des yeux, le grand bus de la clinique l’emmène à Visakhapatnam, à quatre heures de là : «Je suis pleine d’espoir. Je me réjouis de revoir mon mari et de pouvoir m’occuper de nous. Et un jour», ajoute-t-elle dans un sourire, «j’aimerais voir Dieu!»

Le surlendemain, Arudra Konabala attend avec joie et impatience qu’on lui retire les pansements. L’opération de l’oeil gauche réalisée la veille est couronnée de succès. Curieuse, elle a déjà guigné à travers une petite fente au bord du pansement : «Même sous le pansement je vois déjà mieux qu’avant, je me sens merveilleusement bien.»

Quand on lui retire le pansement, elle ne peut retenir ses larmes. «Je pourrai rouvrir ma petite boutique de thé», dit-elle, au comble du bonheur. Puis elle sourit, radieuse : «Et aujourd’hui, pour la première fois, je verrai ma petite-fille !»

Avant que le bus de la clinique ramène les personnes opérées dans leur village, Arudra reçoit comme chacune d’elles des lunettes de soleil et des collyres pour prévenir les infections. 45 jours plus tard, quand son oeil gauche se sera remis, elle pourra subir l’opération du droit. Quand le bus démarre, Arudra salue de la main et lance un joyeux : «A bientôt !»

En savoir plus

Partager le contenu

Logo CBM Mission chrétienne pour les aveugles, Page d'accueil
Logo CBM Mission chrétienne pour les aveugles, Page d'accueil