Aidez maintenant

CBM Mission chrétienne pour les aveugles fait usage de cookies sur son site web. En continuant à naviguer sur ce site web, vous acceptez cette utilisation. Apprenez-en davantage en lisant nos précisions quant à la protection des données.

Accepter

Favoriser les talents, développer les potentiels


Señora Monica et Abuelita Antonia, toutes deux Boliviennes, considéraient l’une comme l’autre que leur situation était sans issue. Grâce à Mundo Inclusive, partenaire de CBM, elles ont réalisé ce qu’elles n’auraient jamais imaginé.

«Certains jours, j’arrive à me déplacer avec ma canne, mais d’autres jours, j’ai besoin de mon fauteuil roulant», explique Señora Monica. «Malgré mon handicap physique, je peux tricoter, c’est très important pour moi.» Avec les pullovers qu’elle réalise, elle gagne aujourd’hui un revenu stable. Cette quadragénaire de La Aurora près d’Oruro en Bolivie est rayonnante. Il y a à peine deux ans, il lui était impossible de se tenir debout ou de marcher, à cause d’une hernie discale. Elle devait rester couchée toute la journée et supporter de violentes douleurs. Une auxiliaire bénévole de Mundo Inclusivo, partenaire de CBM, a accompagné Señora Monica dans ses exercices de physiothérapie. Quand elle a enfin pu se tenir assise, Mundo Inclusivo lui a permis d’obtenir un fauteuil roulant. Et petit à petit elle a pu marcher de nouveau. Mais ce n’était de loin pas suffisant pour reprendre une activité professionnelle.

L’intervenante de Mundo Inclusivo a informé Señora Monica sur les droits dont dispose une personne handicapée en Bolivie, par exemple des soins médicaux de base, l’accès aux transports publics ou encore le droit à la parole dans la commune politique. Stimulée par son intervenante, elle est devenue active au sein de l’association des personnes handicapées de La Aurora. En voyant les femmes de son association, Señora Monica a pris conscience que l’autodétermination et une grande autonomie étaient à portée de main. «Si je veux obtenir quelque chose pour moi-même, je ne dois pas me considérer comme une victime», affirme-t-elle. «Et ça, je l’ai compris grâce au groupe.»

Souriante, une Bolivienne présente l’un des pullovers qu’elle a tricotés.
Señora Monica montre fièrement l’un des pullovers qu’elle tricote pour une école.

«Je rêvais de pouvoir à nouveau travailler. Après des mois sans revenu, j’avais épuisé mes économies», se

souvient Señora Monica. «Je n’avais aucune idée de comment j’allais m’en sortir.» Accompagnée par Mundo Inclusivo, elle a cherché des solutions et, très rapidement, il s’est avéré qu’elle était douée pour le tricot. Elle réussissait à confectionner un pullover d’excellente qualité en à peine trois jours! Le programme CBM a prêté de l’argent à Señora Monica pour l’achat de laine et de petit matériel. Avec trois autres femmes handicapées, elles se sont mises à tricoter des pulls qu’elles proposaient au marché. Mais le résultat des ventes laissait à désirer. Señora Monica, qui a retrouvé alors une certaine mobilité, se souvient de sa machine à tricoter, qui dort sous une couverture de protection depuis son hernie discale. Elle s’installe à sa machine, fait les réglages nécessaires et se met au travail. Les douleurs ne reviennent pas et les gestes anciens, eux, sont encore bien présents, ce qui permet à Señora Monica de confectionner cinq pulls par jour. Seuls manquent encore et toujours les mandats et les ventes. Après des semaines de fastidieuses recherches arrive enfin le dénouement: le contrat avec une école pour tricoter tous les pulls des uniformes de l’école!

Mais le mandat est urgent. Señora Monica travaille d’arrache-pied pendant la journée et l’une de ses collègues assure le travail pendant la nuit. La marge bénéficiaire est mince, mais les deux femmes économisent. «Après six mois, nous avons pu acheter une deuxième machine», confie Señora Monica, pas peu fière. Aujourd’hui, deux femmes tricotent le jour et deux autres la nuit. Et des centaines d’enfants enfilent chaque jour les pulls qu’elles ont réalisés!

«J’aime Jennifer comme si c’était mon enfant»

Assise à une table, une fillette bolivienne souffrant d’un déficit d’apprentissage fait ses devoirs en compagnie d’une femme qui lui donne des leçons de soutien.
Jennifer est très concentrée! L’auxiliaire spécialiste de l’inclusion du partenaire CBM lui donne des leçons de soutien.

L’eau bout au-dessus de la flamme de la cuisinière à gaz, mais Abuelita Antonia ne pense pas au thé. Abuelita – c’est ainsi qu’on appelle les grands-mamans en Bolivie – raconte l’histoire de sa petite-fille: «Avant que Mundo Inclusivo arrive, les gens me disaient de me débarrasser de Jennifer, que cette enfant n’était pas bien. Comment aurais-je pu faire une chose pareille? J’ai beaucoup pleuré. J’aime Jennifer comme si c’était mon enfant.»

Pendant sa grossesse, la fille d’Antonia a été abandonnée par son mari. Tombée dans une profonde dépression, elle s’est mise à boire. Après trois ans, totalement dépassée, elle a déposé la petite Jennifer chez sa grand-mère. Mais Abuelita Antonia arrivait tout juste à s’en sortir seule en vendant des bonbons à la gare routière. «Nos débuts ont été très durs. Déjà malnutrie, Jennifer ne voulait pas manger. Elle fixait constamment le sol. Je ne savais pas quoi faire.»

Peu de temps après que Jennifer a commencé l’école, Abuelita Antonia a remarqué que sa petite-fille n’apprenait rien. «Ni lire, ni écrire, ni compter – c’était à désespérer.» Antonia a emmené Jennifer à l’hôpital, qui l’a aiguillée vers le neurologue qui l’a ensuite envoyée chez le psychologue, après plusieurs scans cérébraux. Les médicaments prescrits étaient chers, mais inefficaces. Il s’est finalement avéré que Jennifer souffrait d’un grave déficit d’apprentissage. Abuelita Antonia s’est alors adressée à la municipalité, réussissant à faire venir le maire. «En prenant congé, celui-ci m’a dit qu’étant donné que Jennifer marchait et parlait, il ne voyait pas de problème. Les autorités ne prévoyaient une aide que pour les cas graves.»

Une fillette bolivienne tient un chat dans ses bras, sa maman se tient à côté d’elle.
Jennifer a exigé que Momino, le chat de la maison, soit sur la photo!

Jennifer a sept ans et demi quand son institutrice la recommande à Mundo Inclusivo, partenaire de CBM. Depuis lors, Tania, auxiliaire bénévole, vient une fois par semaine à la maison. Elle donne des cours de soutien à Jennifer, bricole et joue avec elle. La grand-maman apprend ainsi comment stimuler sa petite-fille. Entre-temps, le partenaire de CBM a introduit des cours de formation continue pour son personnel pour lui permettre d’aider les enfants présentant un déficit d’apprentissage. Le programme scolaire a été adapté et les enseignants, rendus plus attentifs aux réactions de tous les enfants, veillent à développer leur confiance en soi.

«Pour commencer, l’objectif de Jennifer était d’apprendre à compter jusqu’à douze. Depuis, deux ans plus tard, elle va jusqu’à 500. Elle connaît l’alphabet, les jours de la semaine et les principales parties du corps humain», se réjouit Abuelita Antonia, qui poursuit «il faut tout simplement lui laisser le temps d’apprendre à son rythme.» Et, tout sourire, elle déclare: «Jennifer venait d’apprendre les couleurs. Pendant le trajet en bus jusqu’à La Paz, elle a nommé la couleur de tout ce qu’elle voyait. Je me suis énormément réjouie de ses progrès, mais j’avoue que ce voyage a été épuisant…».

Grâce à Tania, la fillette de dix ans a récemment appris à regarder les gens dans les yeux et à leur parler directement. «Après une petite période de mise en confiance, Jennifer se révèle très bavarde», confie Abuelita Antonia, radieuse.

«Autrefois, se souvient-elle, les gens à la gare routière nous dévisageaient et disaient ‹Mais regarde cette gamine!›. Les choses ont changé depuis quelques années. Les gens comprennent mieux ce qu’est un handicap. Et que Jennifer est un être humain qui a les mêmes droits qu’eux!»

Comment apporter votre aide

Faire échec aux handicaps, offrez la vie et des perspectives d'avenir.

Aide à l’entraide: soutenez des femmes handicapées et permettez-leur de monter leur petite entreprise pour qu’elles puissent vivre de manière autonome et digne.

Faites que des enfants handicapés bénéficient de la prise en charge et de la thérapie de stimulation dont ils ont besoin.



Programme national Bolivie

CBM Suisse promeut le développement inclusif à base communautaire (CBID) pour donner force et confiance aux personnes handicapées. «Vivir bien» (Une bonne vie) pour tous! Pour ce faire, elle collabore avec un réseau composé des partenaires suivants:

Mundo Inclusivo – aide et stimulation précoces, intégration scolaire et professionnelle ainsi qu’autonomisation des personnes handicapées au moyen de groupes d’entraide. Lieux: La Paz, Sorata, Coroico, Oruro, Potosi, Sucre et Tarija.

ANET – Intégrer les enfants et adolescents avec un handicap auditif dans la formation scolaire et professionnelle. Former les parents et les enseignants et introduire la langue des signes pendant les cours.

Ojos del Mundo – Former du personnel soignant en médecine ophtalmologique, dépistages et campagnes d’information dans les régions isolées.

Partager le contenu

Logo CBM Mission chrétienne pour les aveugles, Page d'accueil
Logo CBM Mission chrétienne pour les aveugles, Page d'accueil