CBM Mission chrétienne pour les aveugles fait usage de cookies sur son site web. En continuant à naviguer sur ce site web, vous acceptez cette utilisation. Apprenez-en davantage en lisant nos précisions quant à la protection des données.

Accepter

«J’aimerais retourner à l’école»


Suman ne se risque à sortir 
qu’à contre-coeur. La lumière du jour l’éblouit trop violemment. Avec son regard intérieur, elle se voit courir à l’école – comme elle pouvait encore le faire il y a trois ans.

Suman aide sa mère à égrener les épis de maïs. Les autres enfants de ce village de pêcheurs népalais sont partis depuis longtemps à l’école, distante d’environ six kilomètres. A la fin de sa première année d’école, Suman ne distinguait plus rien au tableau noir. Depuis, elle n’a plus d’autre choix que de rester la majeure partie du temps à la maison. «J’aimerais tellement pouvoir retourner à l’école», soupire la petite de 8 ans.


«Un instituteur nous a conseillé, à l’époque», explique Deepa, la maman de Suman, «de consulter une clinique ophtalmologique. Mais nous n’avons pas l’argent pour ça.» Munna, le père, travaille loin de la famille comme journalier sur des chantiers en Inde. Il y avait juste assez d’argent pour un guérisseur au village voisin. Ses incantations et son eau bénite n’ont rien changé. «Nous avons alors abandonné tout espoir.»

La mère est donc d’autant plus étonnée quand un collaborateur de l’équipe mobile de la clinique de Biratnagar, soutenue par CBM, lui rend visite. Il a examiné les enfants de l’école et c’est là que l’instituteur lui a parlé de Suman. Le diagnostic de cataracte est très vite posé. Suman et ses parents sont emmenés dans la clinique, à trois heures de route de leur village.

Les cristallins opacifi és sont remplacés par des cristallins artifi ciels. Le lendemain déjà, Suman reçoit en plus des lunettes de correction. Suman regarde autour d’elle, curieuse: «Dans le couloir de la clinique, je reconnais déjà beaucoup de choses, mais la lumière du jour m’éblouit encore.» Dans un mois, elle subira l’opération de son autre oeil, après que l’acuité visuelle de l’oeil opéré se soit développée au maximum.

Les parents de Suman sont aux anges: «Nous n’arrivons presque pas à y croire, tant nous avons espéré ce miracle. Nous remercions tous ceux qui ont aidé notre fille!»

Offrez la vue et un avenir aux enfants!

Près de 40 millions d’enfants sont malvoyants ou aveugles. 90% d’entre eux vivent dans les régions pauvres du globe. On pourrait rendre la vision à un enfant sur deux grâce à une correction optique. Une opération de routine de la cataracte permettrait à des milliers d’enfants en Inde devenus aveugles de retrouver la vue.

Sans traitement instauré à temps, le cerveau perd petit à petit la faculté d’apprendre à voir. L’enfant devient défi nitivement aveugle. C’est pourquoi une aide rapide s’impose!

Grâce à votre don, nous pouvons:

  • réaliser des opérations des yeux
  • mener des campagnes de dépistage dans les écoles et des consultations mobiles
  • former des médecins et du personnel soignant

Pour un enfant, l’opération de la cataracte, avec anesthésie générale et suivi ophtalmologique, coûte 180 francs – chaque franc compte!

Partager le contenu

Logo CBM Mission chrétienne pour les aveugles, Page d'accueil
Logo CBM Mission chrétienne pour les aveugles, Page d'accueil