Aidez maintenant

CBM Mission chrétienne pour les aveugles fait usage de cookies sur son site web. En continuant à naviguer sur ce site web, vous acceptez cette utilisation. Apprenez-en davantage en lisant nos précisions quant à la protection des données.

Accepter

Crise corona: ne pas laisser les personnes handicapées de côté

La crise du coronavirus nous a tous plongés dans l’insécurité, la peur et les soucis. Et ces temps difficiles exigent avant tout une chose: la solidarité avec nos semblables, en particulier ceux qui font partie d’un groupe à risque. Dans les pays pauvres, cette crise a des effets carrément catastrophiques. Les personnes handicapées et leurs familles sont tout particulièrement en danger, et ce sont elles qui sont le moins protégées.

Comment apporter votre aide

Accordez-nous votre aide pour que les personnes handicapées ne soient pas oubliées dans cette crise. Chaque don compte, petit ou grand.


La crise du corona dans les pays pauvres

Si la pandémie a déjà causé de grandes souffrances en Chine, aux États-Unis et en Europe, ses conséquences sont encore plus graves dans les régions pauvres:

  • Hygiène: il n’y a pratiquement pas d’eau courante et pas du tout de produit désinfectant pour les mains. 
  • Distance: les conditions de logement exiguës rendent impossible la distanciation sociale.
  • Propagation du coronavirus: le nombre de malades présentant une évolution sévère de l’infection augmente de manière vertigineuse.
  • Sans revenus: la faim menace les familles, car leurs revenus déjà maigres ont été gravement ou complètement érodés.
  • Soins médicaux: les cliniques ont un urgent besoin de matériel de protection, comme des masques ou des produits désinfectants pour les mains, ainsi que de médicaments. Le personnel et les services d’urgence sont dangereusement exposés, et les soins d’urgence manquent.

«C’est déchirant d’imaginer ce que la crise signifie pour tous ces gens qui ne savent pas de quoi leur lendemain sera fait», nous écrivait déjà en mars le Dr Henry Nkumbe, ophtalmologue CBM, du Cameroun. Marisa Kristianah, responsable du bureau CBM en Indonésie, nous parle de deux familles: «Ikram a dix ans et vit avec un handicap physique. Les revenus de son père, courrier à moto, se sont effondrés. Et la petite Keyna, huit ans, souffre d’une grave déficience visuelle. Son père ne peut plus faire du porte à porte pour vendre des en-cas. A l’exception des quelques œufs de leurs poules, la famille n’a pratiquement plus rien à manger.»

Au Rwanda, un soignant prend la température d’une femme devant l’entrée de l’hôpital.
Des cliniques soutenues par CBM effectuent, comme mesure préventive, des prises de la température chez toutes les personnes qui pénètrent dans la cliniques.

Les personnes handicapées sont tout particulièrement en danger

Dans les pays pauvres, les personnes handicapées sont particulièrement menacées par les conséquences de la crise du coronavirus: les informations concernant les mesures de protection ou d’aide d’urgence restent inaccessibles aux personnes aveugles ou sourdes. Celles qui souffrent d’un handicap moteur ou visuel ne peuvent pas se procurer elles-mêmes de l’eau pour se laver les mains.

Par ailleurs, dans les pays pauvres, l’accès aux services de santé est souvent refusé aux personnes handicapées. D’une part parce que de nombreuses cliniques et postes de santé comportent des obstacles architecturaux et sont très éloignés; d’autre part, les personnes handicapées ne sont parfois pas soignées parce qu’on réserve les maigres ressources disponibles pour d’autres personnes. Malheureusement, l'opinion selon laquelle les personnes handicapées ont moins de valeur que les autres est encore largement répandue. Cela pourrait avoir des conséquences dramatiques dans la crise actuelle.

L'encombrement des hôpitaux entraîne également la suppression de soins et services importants pour de nombreuses personnes handicapées. De plus, selon la nature de leur handicap, les personnes handicapées sont dépendantes de personnes extérieures qui les assistent, ce qui rend impossible toute distanciation sociale. 

La crise du corona pourrait aussi provoquer une hausse des prix des denrées alimentaires et donc déclencher une pénurie alimentaire. Ici aussi, les personnes handicapées sont particulièrement touchées, car elles vivent plus souvent dans la pauvreté que la moyenne.

Une femme du Bangladesh en fauteuil roulant pompe de l’eau à un puits.
Pour les personnes handicapées, des points d’eau accessibles sont tout particulièrement importants pendant cette crise.

Comment apporter votre aide

Ce que votre soutien rend possible:

  • Accessibilité: les personnes handicapées ont accès à toutes les informations essentielles pour elles. Avec la suppression des obstacles, elles ont aussi accès aux mesures de protection et aux soins médicaux.
  • Aide à la survie: l’aide en denrées alimentaires et d’autres aides vitales parviennent aussi aux personnes handicapées.
  • Equipement de protection médical: notre personnel de clinique peut se protéger, lui-même et les patients.
  • Soins d’urgence: dans les cliniques, on dispense encore des soins d’urgence autorisés.
Un Guatémaltèque communique en langue des signes.
Les informations sur les mesures de protection et d’urgence doivent être notamment traduites en langue des signes.

«Dans les pays en développement, les conséquences de la crise du coronavirus sont catastrophiques. Les personnes handicapées souffrent des restrictions et sont exposées à des risques sanitaires mortels. Dans le cadre des mesures d’urgence générales, elles sont très souvent oubliées. Restez à nos côtés pour que cette population extrêmement vulnérable puisse bénéficier de protection et d’aide.»

Manuel Rothe,
responsable CBM pour l’aide humanitaire

Votre soutien

Accordez-nous votre aide pour que les personnes handicapées ne soient pas oubliées dans cette crise. Chaque don compte, petit ou grand.


Partager le contenu

Logo CBM Mission chrétienne pour les aveugles, Page d'accueil
Logo CBM Mission chrétienne pour les aveugles, Page d'accueil