Aidez maintenant

CBM Mission chrétienne pour les aveugles fait usage de cookies sur son site web. En continuant à naviguer sur ce site web, vous acceptez cette utilisation. Apprenez-en davantage en lisant nos précisions quant à la protection des données.

Accepter

Sécheresse et famine en Afrique – Sauver la vie des affamés!

Confrontées à la plus longue et la pire sécheresse qu’ait connue l’Afrique, d’innombrables familles luttent pour leur survie. Parmi elles, des personnes vivant avec un handicap. La guerre en Ukraine a encore considérablement aggravé cette situation. CBM apporte une aide d’urgence. 

Pour la quatrième fois consécutive, la saison des pluies n'a pas eu lieu dans la Corne de l'Afrique et dans le sud de Madagascar. Il s’agit de la pire sécheresse depuis plus de quarante ans. Dans le Sahel aussi, la sécheresse a privé de nombreuses familles de leurs moyens de subsistance. 

Elles ne peuvent plus se nourrir suffisamment et pour survivre, elles doivent s’endetter lourdement. Le prix de l’eau potable a décuplé. Les denrées de base n’ont pas cessé d’augmenter. De plus, la guerre en Ukraine a provoqué une pénurie de céréales dans le monde entier et elle a fait grimper les prix de manière vertigineuse depuis mars 2022. 

Au Kenya, 3,5 millions de personnes luttent pour leur survie. Des centaines de milliers d’enfants en bas âge souffrent de malnutrition sévère. La famine a des répercussions à long terme sur le développement physique et psychique des enfants qu’il est quasi impossible de compenser. On estime que chaque jour, dans la Corne de l’Afrique, près de 1800 personnes meurent. Les chiffres exacts ne sont pas connus. 

Votre don sauve des gens

  • Avec 60 francs, vous permettez à deux familles d’avoir de l’eau potable pendant six mois.
  • Avec 150 francs, vous offrez un fauteuil roulant, synonyme de mobilité et d’autonomie.
  • Avec 300 francs, vous permettez à une famille de survivre pendant un mois.



Pour les bergers et les paysans qui vivent dans les zones où sévissent régulièrement des périodes de sécheresse, la situation est désespérée: pas de récoltes, des troupeaux entiers de bétail meurent, des abattages d’urgence sont nécessaires. Les bêtes qui survivent sont souvent volées. Sans autre ressource financière, les bergers et les paysans ne peuvent plus s’acheter de nourriture. Les plus vulnérables et donc en grand danger sont les enfants en bas âge et les personnes âgées. 

Pour les personnes handicapées, la situation est très grave. Elles vivent souvent dans la pauvreté et ne peuvent pas faire d’économies pour d’éventuelles périodes de crise. Les points de distribution de l’aide d’urgence générale sont souvent difficiles d’accès. Ces personnes ne reçoivent pas l’information selon laquelle le chemin pour s’y rendre n’est pas accessible. Et surtout, les moyens auxiliaires comme des béquilles et des fauteuils roulants manquent. Pour que les personnes en situation de handicap ne soient pas laissées-pour-compte, CBM s’engage aux côtés de ses partenaires locaux. 

Comment CBM apporte son aide

Transferts d’argent (cash transfers)
Avec cet argent, les familles peuvent s’acheter ce dont elles ont le plus urgemment besoin: nourriture, eau, médicaments. Ou elles paient l’écolage pour que leurs enfants reçoivent à manger à l’école.

Distribution de denrées de base
Pour les personnes qui ne sont pas en mesure de se rendre sur les marchés locaux, nos partenaires organisent l’approvisionnement avec des denrées de base, notamment des céréales.

Moyens auxiliaires et aide médicale
Les aides à la mobilité, à la vue, à l’audition et les autres moyens auxiliaires sont gages d’autonomie. Des traitements médicaux prodigués à temps préservent les gens d’autres handicaps, voire leur sauvent la vie.

Inclusion des personnes en situation de handicap
Favoriser l’inclusion pour que les personnes en situation de handicap aient accès à l’aide d’urgence et aux aides publiques et pour qu’elles participent à leur organisation.

Mise en place de moyens de subsistance qui résistent à la sécheresse
Assurer une formation continue en principes agro-écologiques pour que les populations puissent à nouveau vivre de leurs récoltes.

Aidez-nous en faisant un don

  • 60 francs pour de l’eau potable pour une famille
  • 150 francs pour la mobilité et l’autonomie
  • 300 francs pour la survie d’une famille



Plus qu’un seul kilo de haricots en réserve 

Plusieurs organisations travaillent déjà dans le nord du Kenya, mais dans le centre du pays durement touché par la famine, CBM et ses partenaires sont pratiquement seuls sur le terrain. Là-bas, comme dans le sud de Madagascar et au Burkina Faso, CBM International vient en aide à plus de 15 000 ménages. 

« Les autorités locales n’ont donné de la nourriture qu’à très peu de familles », explique Julius. Il vit avec sa famille de sept personnes dans le centre du Kenya. « La nôtre n’a reçu aucune aide. » Dans sa région, qui compte plus de 400 000 habitants, aucune organisation humanitaire ne fournit à ce jour une aide d’urgence. 

Julius a perdu l’usage d’un œil suite à un accident alors qu’il était enfant. La famille vit de ses cultures, mais la terre devenue aride ne donne plus rien malgré tous leurs efforts. Quand nous rencontrons Julius, les réserves de nourriture de la famille se résument à un kilo de haricots maigrichons – autrement dit, tout juste de quoi faire trois repas. 

L’eau de cuisson, Julius la retire d’un trou creusé à la main dans le lit asséché de la rivière. En fin de journée, il ira quémander de la nourriture invendue aux commerçants du marché. 

La semaine, les enfants reçoivent un repas à l’école. Mais Julius n’a plus de quoi payer l’écolage, même si celui-ci est très modeste : « C’est terriblement frustrant. Je dois aller trouver le directeur de l’école et lui demander si mes enfants peuvent continuer à aller à l’école jusqu’à ce que j’aie réuni, d’une manière ou d’une autre, l’argent nécessaire. » 

«C’est une période de désespoir, des gens meurent de faim. Ces dernières semaines, j’ai parcouru des régions frappées par la sécheresse. La plupart des paysans que j’ai rencontrés ne pouvaient rien planter et les rares chez lesquels les semences ont germé doivent aujourd’hui les regarder sécher.» 

Kevin Sudi coordonne l’aide d’urgence de CBM au bureau national au Kenya  

 

Partager le contenu

Logo CBM Mission chrétienne pour les aveugles, Page d'accueil
Logo CBM Mission chrétienne pour les aveugles, Page d'accueil