CBM Mission chrétienne pour les aveugles fait usage de cookies sur son site web. En continuant à naviguer sur ce site web, vous acceptez cette utilisation. Apprenez-en davantage en lisant nos précisions quant à la protection des données.

Accepter

Il en va de son avenir

Situn, un jeune du nord de l’Inde âgé de 12 ans, voyait de moins en moins bien et risquait de devenir aveugle. Ses parents savaient que leur fils pourrait retrouver la vue à la clinique de Biratnagar, au Népal, grâce aux dons reçus par CBM. Mais cette famille de pêcheurs a d’abord dû économiser longtemps pour rassembler l’argent nécessaire au voyage.

«Le brouillard est parti – je vois tout!»

Pendant des années, la vue de Paul n’a cessé de baisser jusqu’à ce que, finalement, il ne distingue plus que les contrastes clair-obscur. Sa femme a dû assumer tous les travaux des champs et de la maison. Mais une petite opération de la cataracte a permis un grand changement.

Comme un miracle

Depuis deux ans, la vue de Tawa ne cesse de baisser. Elle rencontre des problèmes à l’école et subit les moqueries des autres enfants. Sa maman est très préoccupée et ne sait quoi faire. Pourtant, grâce à une petite opération, il est possible de lui venir en aide.

Préservés de la douleur et de la cécité

Quelque trois millions de personnes qui souffrent du trachome à un stade avancé devraient pouvoir être opérées d’urgence des paupières. C’est le cas de l’Ethiopienne Heyiriya Feri, 45 ans, qui risque de perdre la vue après avoir enduré de grandes douleurs.

«J’aimerais devenir ingénieur ou instituteur»

Rama vit avec une déficience visuelle qui ne l’empêche toutefois pas d’aller à l’école. Ses branches préférées sont l’anglais, les sciences naturelles, la technique et les maths. Quand il aura terminé sa scolarité, il aimerait devenir ingénieur ou instituteur. Grâce à l’école soutenue par CBM, il a de bonnes chances d’y parvenir.

«Les couleurs sont vraiment éclatantes!»

Chez les enfants, près de la moitié des cécités pourraient être évitées. Les mots manquent pour décrire la joie qu’éprouvent les enfants quand ils retrouvent la vue et tous les potentiels que cela éveille: enfin pouvoir retourner à l’école, participer aux jeux et aider à la maison.

Comme si ma vie était derrière moi

C’était «comme si ma vie était derrière moi», se souvient Saulos. «L’esprit agité, je tournais en rond hors de chez moi, ne sachant pas où j‘allais ni où j’étais.» Aujourd’hui, il participe à un groupe d’autoreprésentation dans lequel il conseille des personnes touchées par des maladies psychiques.

Vivre dans la dignité grâce à des aides optiques

Kenneth et Augustine, du Kenya, développent leurs talents et leurs connaissances – grâce au programme national Low Vision, ils ont bénéficié du traitement et des aides à la vue dont ils avaient besoin. Kenneth est aujourd’hui déjà à l’université.

Sortir de l’isolement

Dans les pays pauvres, les personnes handicapées ne peuvent que difficilement se construire une existence économique. Grâce au soutien de Naman, partenaire de CBM, Rajkali réussit aujourd’hui à subvenir à ses besoins grâce à ses plantations écologiques. Et tout comme elle des milliers d’autres personnes.

Etre forte grâce à l’école inclusive

Julienne est aveugle et fréquente depuis six ans le centre scolaire soutenu par CBM à Yaoundé, la capitale du Cameroun. Le soutien individuel lui réussit clairement puisqu’elle est l'une des meilleures de sa classe. Julienne porte un regard positif sur l'avenir.

Partager le contenu

Logo CBM Mission chrétienne pour les aveugles, Page d'accueil
Logo CBM Mission chrétienne pour les aveugles, Page d'accueil